Au cœur du chantier avec Sylvain Fossati électricien

Tourisme

A la decouverte de l'Inguimbertine à l'hôtel-Dieu à travers le travail de l'électricien du chantier.

Dans quel cadre intervenez-vous sur le chantier de l’hôtel-Dieu ?

Je suis électricien et responsable de chantier pour Engie Ineo sur le chantier de l’Inguimbertine à l’hôtel-Dieu. Dans ces lieux j’interviens seul ou en binôme.

Quelle est votre formation ?

J’ai suivi des formations de comptable puis de commercial. Il y a environ dix ans, j’ai décidé de me reconvertir professionnellement et me suis formé à l’AFPA en électricité. Cela fait maintenant quatre ans que je travaille dans la même entreprise.

Depuis quand travaillez-vous sur ce chantier ? Quelles opérations menez-vous ?

J'y travaille depuis que l’intervention d’électriciens a été nécessaire, soit environ deux ans. Sur la tranche 1A, j'étais chargé de mettre en place tout ce qui était branché sur courant faible (24 volts) comme par exemple le contrôle d’accès aux portes ou les éléments de sécurité incendie. Sur la tranche 1B, je suis en charge du courant faible mais aussi du courant fort (48 volts) qui va alimenter les prises électriques et l’éclairage.

Quelles sont les particularités d’un tel chantier ?

Le fait de travailler dans un vieux bâtiment est très enrichissant et demande plus de réflexion car il faut prendre en compte la beauté du bâtiment. Cela va engendrer par exemple plus de saignées pour ne pas abimer les plafonds. C’est aussi plus agréable de travailler dans ce lieu car il y a beaucoup d’espace, c’est un bâtiment très grand et haut de plafond. Il faut aussi travailler avec toutes les entreprises pour coordonner les travaux. Par exemple avec MASFER, qui a installé la verrière, nous avons fait en sorte que des gaines électriques soient placées dans la structure, ça nous permet d’anticiper les travaux. Tout doit communiquer et toutes les informations doivent être relayées.

Magazine N°149 - Mars-Avril 2018