« Le mur de la joie », ou comment des jeunes de 17 à 19 ans ont travaillé avec un des artistes français les plus influents au monde.

Culture - Vie citoyenne

" Le mur de la joie », c’est le nom qu’ont donné à leur projet un peu fou, les élèves de terminale du Bac Pro services à la personne du lycée professionnel et technique « Les Chênes »

Retour en image

JR, artiste marseillais

Il ont été soutenus par l’artiste JR qui compte depuis le 20 avril 2018, selon TIME magazine, parmi les personnalités les plus influentes dans le monde, pour son travail avec des portraits géants sur la frontière entre les États-Unis et le Mexique. Il est le seul français dans ce classement avec Emmanuel Macron.

La génèse

En début d’année scolaire, madame Javel, professeur de français, les fait travailler sur la photographie et l’élaboration, dans l’absolu, d’un projet artistique. Après avoir vu le documentaire « Women are heroes » de JR, ils comprennent que la photographie peut être exposée en galerie mais aussi ailleurs, en extérieur, en grand ou petit format et défendre des idées. Ils découvrent alors une autre manière d’exposer pour les gens du commun et les mettre en valeur.

Intéressés et très sensibles au travail de JR, ils regardent une conférence qu’il a donnée aux États-Unis « L’art peut-il changer le monde ? » et découvrent l’existence de « Inside Out Project »  toujours du même artiste.

Cette « Fondation » propose de soutenir des personnes qui réalisent des « photomatons » pour les tirer en grand format. Elle finance et expédie les tirages.

Le projet

Forts de ce qu’ils entendent, ils se mettent en tête de monter et défendre leur projet. Ils le soumettent par mail. Il est accepté. Ils réalisent les portraits, envoient les fichiers, reçoivent les tirages et les mettent en place sur deux murs de l’établissement. En parallèle, ils trouvent les moyens d’en financer le vernissage, d’en apprendre les us et coutumes, ainsi que le don qui permettra à « Inside Out Project » de financer d’autres initiatives à travers le monde. Près de 400 euros ont été récoltés, par la vente de gâteaux réalisés par leurs soins et leur journée « Habillé chic et choc ». Tous les étudiants de l’établissement se sont prêtés au jeu.