Portrait : Nicolas Chabanne de créateur de "C'est qui le patron"

Économie

Nicolas Chabanne révolutionne le monde de l’alimentation en mettant en avant la qualité des produits et le lien entre producteur et consommateur. Rencontre avec ce carpentrassien de coeur qui a toujours une idée d’avance !

Comment décririez-vous votre activité ? Quel est votre parcours ?

Ce que j’aime, c’est faire des choses qui profitent à un maximum de gens. Pour moi, les choses n’ont même pas de réalité si elles ne se partagent pas. C’est mon fonctionnement.

Comment êtes-vous venu à l’agroalimentaire ?

C’est à partir du moment où je suis rentré dans la confrérie de la fraise de Carpentras que je me suis rendu compte qu’il y avait un problème de prix des fruits. On a eu l’idée de mettre la photo du producteur sur les barquettes pour qu’il y ait un lien direct avec le consommateur. Nous voulions dire qu’une fraise travaillée en petit rendement à Carpentras et une fraise produite industriellement, ce ne sont pas les mêmes produits.

Êtes-vous guidé par des questions relatives à l’écologie ?

Quand vous avez de superbes fruits écartés pour des raisons esthétiques, on se demande quoi faire : c’est devenu les « Gueules Cassées ». Chaque année, 1,3 milliard de tonnes de produits alimentaires ne sont pas mangés dans le monde, c’est un gâchis phénoménal.

Et maintenant « C’est qui le patron » !

Pendant les « Gueules Cassées » est arrivé « C’est qui le patron ». Des consommateurs, se sont dit « on ne sait pas ce que l’on mange, la meilleure façon de savoir ce qu’il y a dans notre assiette, c’est de décider du cahier des charges ». Cette idée s’est développée avec la crise du lait. Nous avons demandé aux consommateurs, sur internet, combien ils étaient prêts à payer pour améliorer la rémunération du producteur, nourrir les vaches sans OGM et leur offrir plus de temps en pâturage.

Quand vous avez monté tous ces projets, est-ce que vous avez été qualifié d’angélisme ?

Souvent les plus proches et concernés par un projet vont vous décourager. Internet lui, offre une autre dimension. Vous mettez une question simple sur internet, ça part comme une trainée de poudre et tout devient possible.

Quels conseils pour des personnes qui souhaitent développer des projets ?

Si on se réveille la nuit en se disant « c’est une évidence » c’est qu’il faut le faire ! C’est un énorme signal. Il faut s’eloigner le plus vite possible de l’idée que ce serait impossible et des barrières que l’on se met nous-même.

Quel attachement gardez vous à Carpentras ?

Le Ventoux c’est un phare pour tous ceux qui viennent d’ici, c’est difficile de ne pas le voir pendant très longtemps.

Qu'est ce que vous aimez le plus dans notre ville ?

UN LIEU : la Bibliothèque Inguimbertine pour le voyage et le silence
UN RESTAURANT : Chez Serge, pour le cadre, une institution.
UN MOMENT : les premières heures du marché aux truffes le vendredi
UN ARTISAN : La Confiserie Clavel inégalable et inégalée
UNE FÊTE : la Foire chaque année et la Fête de la Fraise
UN CAFE : La Pyramide pour sa vue unique sur les Dentelles et le Mont Ventoux