Relevons le défi, relevons Carpentras

Janvier-Février 2019

un arbre à 20.000 ou comment dilapider l'argent public.

Nous ne cessons d'alerter l'équipe municipale en place sur le dérapage prévisible du budget fonctionnement de la ville de Carpentras, en particulier lié à la nouvelle bibliothèque de l'Inguimbertine.
Leur réponse: un arbre à 20.000 euros a été planté à l'automne dans la cours ouest de l'ancien hôtel dieu, 20.000 euros, vous avez bien lu !

Alors bien sur le bâtiment est majestueux, mais aujourd'hui, dépenser une telle somme en décorum tient non seulement de l'inconscience quand on connait l'endettement de la ville mais aussi
 et surtout complètement indécent vis à vis des gens qui arrivent difficilement à boucler leurs fins de mois.

20.000 euros c'est un emploi à temps plein pendant un an...

Nous ne vous ferons pas l'injure de vous demander si vous connaissez le prix d'un arbre monsieur le maire,  mais la plantation d'un jeune chêne à moindre coût et  mise en lumière a telle ou telle occasion aurait été été tellement plus appropriée. Payer des impôts d'accord, mais plus pour n'importe quoi.


Antoine Laval et Marie-Françoise Borne

 

Novembre-Décembre 2018

A peine élu, le nouveau maire de Carpentras nous a réunis, élus de l’opposition, pour nous présenter les chantiers à venir jusqu’à la fin du mandat.

Cette démarche d’ouverture est tout à son honneur. Elle s’inscrit bien dans notre idée de travailler ensemble pour l’avenir de notre ville.

A notre tour de partager avec lui des orientations qui nous paraissent urgentes à réaliser : au fil des ans, des départs en retraite et des choix d’organisation, on constate un manque évident de compétence dans l’organisation des services municipaux. Celui-ci se traduit aujourd’hui par des erreurs que nous n’énumèrerons pas mais dont nous sommes certains, Monsieur le Maire, que vous les connaissez. La solution passe éventuellement par des embauches (à bon escient) mais il suffit peut-être, simplement, de remettre les bonnes personnes aux bonnes places. Nous restons à votre disposition pour en discuter.

Nous vous souhaitons à tous de bonnes fêtes de fin d’année et avant cela vous donnons rendez-vous du 24 au 27 novembre pour la foire de la Saint Siffrein

 

Antoine Laval et Marie-Françoise Borne

Septembre-Octobre 2018

Il y a urgence à ne plus prendre les commerçants du centre-ville en otage lors des grandes manifestations ou animations !!! Nous pensons qu’il ne faut plus systématiquement supprimer « le stationnement » sur les allées des Platanes comme cela se fait pour la fête foraine du 14 juillet, la journée des associations ou le troc des enfants. Cette année la fête foraine se déroulait la 1ere semaine des soldes et quel désastre pour les commerçants, le cœur de ville était vide de sa substance essentielle « les clients » faute de stationnement. Les commerces sont et restent l’attractivité d’un centre dynamique essayez Monsieur le maire de les conserver et de leur donner les moyens. Ces grandes manifestations ne pourraient-elles pas être relocalisées sur le terrain des Couquières à deux pas du centre-ville et tellement précieux pour la commune ? Nous vous posons la question Monsieur le maire et vous proposons, bien sûr dans notre esprit d’opposition constructive, de participer à une commission pour étudier la faisabilité

Antoine LAVAL et Marie-Françoise BORNE

Juillet-Août 2018

Il y a ceux qui avancent, et il y a les autres Le samedi 9 juin avait lieu dans le centre ville de Carpentras la deuxième édition de « Carpentras Provence Gourmande ». Cette journée dédiée aux fins gourmets était organisée par l’association des commerçants de la ville et nous tenions à utiliser cet espace pour les en féliciter :
Tout d’abord pour le coté esthétique de la manifestation : stands soignés, petites nappes sur les tables, décorations florales et cuisine temporaire « art déco».
Ensuite sur la quantité et la qualité des intervenants : 10 rendez-vous ponctuaient la journée, animés par des figures locales de la gastronomie et nombreux sont ceux qui ont pu en profiter.
De nombreux stands disséminés dans les rues proposaient toutes sortes de produits.
Les enfants étaient eux aussi à la fête avec des ateliers-jeux. Le tout finissait en musique sous les étoiles autour d’une assiette ou sur la piste de danse.
En bref une belle journée organisée de main de maitre, maitresses en l’occur- rence : Merci à Annick Martin et à Sophie Guillet pour nous avoir organisé cette belle récréation qui nous a sorti d’un mois de mai particulièrement orageux ..

Mai-Juin 2018

Plusieurs fois nous avons alerté la municipalité sur la fragilité du projet « rue des artisans » pour la rue Porte de Monteux et plus globalement sur l’orientation des rénovations du centre-ville. Nous constatons aujourd’hui que l’équipe en place a enfin décidé de changer de cap : la rue Porte de Monteux sera dédiée aux « start-up numériques ». Nous pouvons nous féliciter de cette nouvelle orientation tout en nous questionnant sérieusement sur une mise en oeuvre réelle de ce projet … sans le développement rapide de la fibre en centre-ville, quelle entreprise va venir s’installer ? Le maire nous a en effet annoncé, lors du dernier conseil municipal, que la fibre ne serait pas effective avant deux ans….

Côté « Fronts nationaux » ou indifféremment « rassemblements nationaux », les élus se séparent et créent des mouvances qui s’affrontent, nombreux sont ceux qui démissionnent… et parfois même disparaissent avant d’arriver, laissant les sièges vacants. Au dernier conseil, plus de la moitié des élus de ce groupe n’est pas venue. Aujourd’hui nous continuons à nous engager pour notre ville, sans aucune démagogie, et exigeons, auprès de la majorité actuelle, une concertation constructive pour le développement de Carpentras dans l’intérêt de l’ensemble de ses habitants.

Mars-Avril 2018

Il ne vous aura pas échappé, dans le dernier numéro, la naissance d’un nouveau groupe d’opposition municipale, fruit de la scission du groupe d’extrême droite, leur porte drapeau parisien ayant disparu. Celui ci fait état d’une absence d’opposition de la droite républicaine et nous tenions à lui préciser les éléments suivants :
Exister à tout prix n’a jamais été notre philosophie et quand il s’agit d’aller dans le sens du bien commun pourquoi nous opposerions nous ? En revanche, nous n’hésitons pas à le faire et quand par exemple à la demande du groupe FN, on nous propose au vote une compensation financière pour garde d’enfants aux élus siégeant au conseil municipal, nous sommes les seuls à voter contre. Nous estimons que vis à vis du contribuable ou de toute personne engagée dans des associations c’est tout simplement de l’abus. Nous ne sommes peut être que deux, mais nous connaissons la devise de notre ville.
Comprendront qui peuvent...

Janvier-Février 2018

Nous vous souhaitons à toutes et à tous une excellente année 2018.

Novembre-Décembre 2017

Situé en plein coeur du Marché Gare, c'est l'endroit où tout se passe: c'est l'endroit où les artisans et les agriculteurs se retrouvent le matin pour discuter autour d'un café, l'endroit où, en particulier le vendredi, se concluent les prix du marché des pépiniéristes (entre autres les bois et plants de vigne), l'endroit où chaque jour à midi se retrouvent des routiers, des entreprises de Carpentras autour d'un déjeuner. Ce restaurant c'est l'âme du Marché Gare et au delà de la ville de Carpentras. D'ailleurs les hommes politiques ne s'y trompent pas puisque pendant leurs campagnes ils ne manquent pas d'y faire un tour pour rencontrer leurs électeurs... vous en faites partie monsieur le Maire. Dans votre projet de restructuration globale du site il va être repensé et reconstruit.
Mais, au delà de la cohérence de votre projet, notre inquiétude est grande monsieur le Maire et bon nombre de ses usagers ne comprennent pas : pourquoi fermer ce lieu alors que votre projet est d"ouvrir un nouveau restaurant dans un autre espace, qui n'est pas encore construit et que les travaux ne sont envisagés au mieux que fin 2018? Pourquoi ne pas renouveler le bail de gérance jusqu'à cette date, comme cela a déjà été fait? Fermer ce lieu de rencontres début 2018 , au plus fort de la saison pépinière, est bien risqué et tellement destructeur pour l'activité du Marché Gare. Nous craignons que les habitudes ne se perdent ou ne se déplacent dans une autre commune et que le Marché Gare perde son âme, ce qui serait dramatique pour son avenir. Et nous ne parlons pas de ces nombreux Carpentrassiens dont vous bouleverseriez le quotidien, ceux-la meme qui ont fait la gloire de cet endroit et qui aiment s'y retrouver perpétuant ainsi une tradition forte. Nous vous demandons, monsieur le Maire, au nom des Carpentrassiens, de bien vouloir repenser cette opération que nous ne cautionnons décidément pas.

Septembre-Octobre 2017

Monsieur le Maire, 

Vous avez fait le choix d’une piétonisation partielle du centre-ville. 

Vous avez également fait le choix de renforcer l’attraction de notre commune en développant des animations dans les rues (Noëls Insolites, Trial Urbain, Hola Fiesta)... 

Demain, l’ouverture de la bibliothèque Inguimbertine à l’Hôtel Dieu va dans le même sens.

Nous souhaitons, comme vous, que notre ville garde et développe sonrayonnement départemental.

Or Carpentras se situe sur un territoire principalement constitué de villages et de campagnes dont les habitants se déplacent en voiture : imagineriez vous, habitant les Bruns, prendre votre voiture pour Bédoin, y attendre la navette inter Cove, vous retrouvez ensuite dans un parking relai pour y attendre à nouveau une navette qui vous emmène enfin dans le centre de Carpentras ? Cela n'a pas de sens. 

Aujourd’hui le centre-ville souffre déjà d’un manque de places de stationnement et c’est avec beaucoup d’espoir que les usagers de Carpentras ont appris la réalisation de ce parking sous les platanes.

Ce parking, tant attendu, rendra accessible à pied le centre-ville (nul besoin de navette). 

Vous avez reçu une lettre ouverte allant contre ce projet et réclamant la réalisation d’un espace vert. Celui ci existe déjà et à cinq minutes de là : la coulée verte.

Nous pensons que la création de ce parking gratuit et ouvert à tous est complémentaire et indispensable au fonctionnement de tout le reste et sa réalisation urgente : imagineriez-vous un grand centre commercial (et Carpentras en est devenu un) ouvrir sans parking ? 

Monsieur le Maire, par le passé vous n'avez pas fléchi face à certaines actions.

Souhaitons pour la ville qu'il en soit de même sur ce dossier face à ces pressions pseudo-écologiques.

Antoine LAVAL et Marie-Françoise BORNE

Juillet-Août 2017

Beaucoup de labels pour finalement ne pas profiter pleinement de la manne touristique du Mont-Ventoux 417.000 camping-cars circulent en France et 1,5 million en Europe !!!!

Les statistiques précisent qu’un camping-cariste dépense entre 50 et 70 euros par jour. Malgré ces chiffres et la création de labels touristiques notre ville n’est toujours pas équipée d’une aire d’accueil et de service digne de ce nom (les quelques emplacements sur le parking du camping municipal ne peuvent en aucun cas répondre à la demande croissante).

Monsieur le maire, puisque dans ce mandat vous avez tendance à mettre en œuvre plusieurs points de notre programme, nous vous suggérons l’idée (qui faisait partie des projets de notre liste) de créer de façon saisonnière une VERITABLE aire de stationnement et de service répondant aux attentes des utilisateurs et aux ambitions touristiques de Carpentras.

Le reliquat du terrain des Couquières pourrait « par exemple » servir de base car celui-ci est particulièrement facile d’accès depuis la 4 voies, sans obligation de traverser la ville avec un véhicule volumineux.

En revanche, ce lieu offre une vue très flatteuse de notre ville et permet un cheminement piéton facile et rapide jusqu’au centre-ville via la passerelle, la coulée verte et la porte d’Orange.

A l’avenir, nous ne manquerons pas de vous souffler quelques idées simples à réaliser qui pourrait à moindre cout rendre la commune plus attractive encore…….

Antoine Laval – Marie-Françoise Borne

Mai-Juin 2017

Fin mars 2017, nous avons eu à délibérer sur un certain nombre de point lors du Conseil municipal. Nous en retiendrons deux.

­­­­­ Le premier point concerne la vacance du poste du directeur des services techniques dont le maire, lors du dernier conseil municipal, nous a confirmé ne pas avoir l’intention de pourvoir. Les raisons invoquées sont économiques. Nous pensons que faire des économies c’est bien mais pas sur les postes qui ont des rôles d’organisation, de coordination et de planification pour une commune de la taille de Carpentras. La notion de service public doit rester au cœur du projet d’une commune.

­­­­­ Le deuxième point concerne une enveloppe allouée aux élus pour la formation. Les élus du Front National ont suivi un stage proposé par un organisme de formation- IFOREL- proche du FN et dont l’un des anciens dirigeants a été condamné dans des histoires de financement de campagne.

 Nous pensons que le choix de tels organismes, proches des partis politiques, pour de la formation financée par l’argent public pose des questions d’éthique, d’autant plus en année électorale.

­­­­­ Antoine Laval et Marie-Françoise Borde

Mars-Avril 2017

Lors du débat d’orientation budgétaire l’équipe municipale en place pointait du doigt le faible coût par habitant que représente la masse salariale du personnel communal et s’en félicitait.

Pour notre part nous pensons que cela re ète une politique dangereuse, à trop vouloir économiser sur le fonctionnement, les compétences se perdent et le travail de qualité autrefois effectué ne le sera plus !!! Faire des économies c’est bien, mais pas au détriment du « service rendu aux Carpentrassiens ».

Nous pensons que certains postes clefs ne sont pas renouvelés et sont désormais remplacés par des contractuels qui n’ont pas forcément la formation technique requise et la connaissance des rouages de l’administration territoriale.

Plus grave encore, le directeur des services techniques n'est et ne sera vraisemblablement pas remplacé. Est ce bien normal pour une ville de l'importance de Carpentras? nous ne le pensons pas.

Cette pratique laisse présager des lendemains riches en mauvaises surprises.

C’est une des raisons pour lesquelles nous voterons contre le budget primitif 2017 qui nous semble déséquilibré entre les dépenses de fonctionnement et celles d'investissement.

Antoine LAVAL et Marie-Françoise BORNE

Janvier-Fevrier 2017

L’opposition Républicaine de Carpentras respecte la traditionnelle trêve des confiseurs. Elle se garde donc bien dans ce bulletin de tout commentaire ou de toute critique à l’égard de la majorité municipale en place et se contente de présenter à toute la population Carpentrassienne la meilleure année 2017 qu’il soit possible d’espérer. Nous restons à l’écoute de tous.

Antoine Laval et Marie-Françoise Borne

Décembre 2016

Monsieur le maire s’engage auprès des Carpentrassiens et assure l’ouverture d’une dizaine de commerces avant Noël Rue Porte de Monteux !!!!!
Oui ce sont ses propos sur l’antenne de France Bleu Vaucluse dans l’émission « Rue de la République » du 5 octobre 2016.

Rendez-vous donc pour Noel, chacun pourra vérifier si commerce il y a ou si nous sommes dans le virtuel ou l’éphémère

Lors de cette interview, Monsieur le maire a également annoncé des projets que nous soutenons forcément car ils étaient des éléments « phare » de notre programme lors des dernières élections municipales. Concernant la zone des Croisières nous constatons et nous nous félicitons que Monsieur le maire ait enfin renoncé à la création d’une immense surface alimentaire et de sa galerie marchande inutiles et dangereuse pour le commerce intra-muros et propose à présent ce que nous avons toujours proposé à savoir un « Pôle de divertissements, Restaurations et Activités de Loisirs etc » ……

Autre surprise concernant le marché gare, Monsieur le maire adopte également l’un de nos projets avec l’installation d’une pépinière d’entreprises et d’ateliers relais.

Et pour terminer autre révélation, après avoir voté pour « le Parc Régional du Ventoux » Monsieur le maire se dit aujourd’hui opposé à toute nouvelle structure qui alourdirait les procédures et se dit favorable à un simple label plutôt qu’un Parc.

A force de répéter les choses, peut-être que nous commençons à être entendus, nous ne cesserons donc pas de promouvoir ce qui nous parait bon pour Carpentras.

Antoine Laval et Marie-Françoise Borne

Novembre 2016

A Carpentras on patine gratis !

Lors du dernier conseil municipal, le Front National a attaqué l’équipe municipale en place sur la fermeture des commerces en centre ville. Mais a-t-il des propositions ou ne s’agit-il que d’une de ses attaques systématiques et stériles dont il est coutumier ?

 

Pour notre part et de façon constructive, nous pensons que la revitalisation du centre ville passe par une réorganisation totale de celui-ci. Il est temps d’arrêter de réhabiliter systématiquement des locaux commerciaux qui ne se louent pas (rue Porte d’Orange, rue Porte de Mazan, et maintenant rue Porte de Monteux) et coûte plusieurs centaines de milliers d’euros chaque année à la collectivité.

Une véritable politique de la ville consisterait à créer un équilibre entre des rues commerçantes et d’autres où la qualité de l’habitat serait privilégiée afin d’assurer une mixité réelle des habitants en centre ville.

Mais y a-t-il encore un projet de ville à long terme ? Revenons en rue Porte de Monteux : en choisissant le revêtement au sol, l’idée première était-elle d’en faire une patinoire à l’année (nous vous invitons à aller y faire un tour particulièrement les jours de pluie !) ou de développer une rue des artisans ? Nous condamnons le manque de réflexion flagrant pour de tels projets qui engagent l’avenir de la ville (par exemple et parmi tant d’autres, un plan de piétonisation imposé du jour au lendemain…). Nous demandons que les actions concernant la ville soient pensées en concertation avec l’ensemble des usagers et soumises au vote des élus.

Antoine Laval et Marie-Françoise Borne

Octobre 2016

Lors du dernier vote du budget de la ville nous avions alerté les Carpentrassiens de la baisse du budget de fonctionnement annoncé et des conséquences que cela ne manquerait pas d'avoir.
L’équipe socialiste en place préfère dépenser de lourdes sommes pour amuser la galerie et forcement, pour trouver un équilibre budgétaire, fait des coupes sombres dans le reste.
Le reste c'est par exemple l'entretien des réseaux sous terrain qui n'est plus fait et ceci explique les odeurs que vous n'aurez pas manqué de remarquer cet été en ville.
Le reste c'est aussi le nettoyage des rues de notre ville et là encore nous atteignons des sommets.
En matière de gestion municipale il n'y a pas de mystère... quand on baisse les budgets de fonctionnement, certaines choses qui étaient faites avant ne se font plus après !

Mais pour reprendre cette expression bien socialiste, tout va bien !

Antoine Laval et Marie-Françoise Borne

Septembre 2016

TOUT VA BIEN Monsieur le Président !
Dans cette tribune nous essayons entre autre de pointer du doigt les erreurs de gestion de l’équipe municipale socialiste en place.
Cette dernière nous répond dans le même numéro et par quelques tours de passe passe vous " enfume " en vous faisant croire que tout va bien et que nous sommes "les méchants"!
Il faut dire qu'en la matière notre maire socialiste a un exemple extraordinaire en la personne de notre Président de la République... la France gérée par les socialistes ? tout va bien, lui seul persiste à le croire !
C'est un peu la même chose à Carpentras :
Des travaux simultanés qui s’éternisent dans tous les quartiers de la Ville avec les conséquences que vous supportez depuis des mois mais tout va bien !
Une paupérisation de notre ville avec de moins en moins de foyers fiscaux imposables et donc de moins en moins de Carpentrassiens qui participent aux dépenses collectives et malgré cela vont être construits à nouveau 80 logements sociaux route de Mazan, mais tout va bien !
Une ville de plus en plus sale mais tout va bien !
Le projet des croisières, mortifère pour le centre ville, est re-présenté systématiquement tous les 6 mois malgré l'opposition de la commission nationale . Mais tout va bien!
La rue porte de Monteux, principale pénétrante du centre ville, fermée depuis des mois à la circulation sans aucun préavis ni aucune consultation (aussi violent que l'usage de l' article 49.3 ) , des usagers qui tournent en rond et des commerces qui s’essoufflent qui ferment ou qui fuient le centre ville mais là encore tout va bien !
Notre ville s’embellit... mais se meurt et nous persistons à penser que la concertation est l'uniquemoyen d'avancer efficacement ensemble. C'est ce que l'on nomme la démocratie et c'est tellement plus intelligent.
Excellente rentrée à toutes et à tous.

Antoine Laval et Marie-Françoise Borne

Eté 2016

Attention centre-ville en péril !!!

Que de travaux !
Îlot mouton commencé en 2007... inachevé
Chemin de saint gens commencé en Juin 2015... inachevé
Avenue de la gare, rue porte de Monteux, place de la mairie commencés en Janvier 2016... inachevés
Comme vous l'avez tous constaté, la ville bouge... mais nous Carpentrassiens dans tout ça ?
Embouteillages permanents, rues bloquées, stationnements supprimés...
On en arrive naturellement à se poser la question : était-il indispensable de mener tous ces travaux de front avec bien sur le constat de les voir s'éterniser ?
Et quelles conséquences pour l'activité de la ville ? les usagers se désespèrent et les rideaux ne cessent de se baisser ....
Alors bien sur ces travaux embelliront la ville, mais à quel prix ?
Tout cela n'aurait il pas pu être orchestré différemment ?
Nous le pensons, tout comme nous pensons qu'il est complètement absurde d'organiser en plus le troc des enfants sur le principal parking de la ville un samedi au lieu de le faire en centre ville et laisser ainsi les usagers pouvoir venir à Carpentras et s'y garer .
L'été arrive et nous pensons qu'une concertation avec les acteurs qui font vivre le centre ville est absolument indispensable pour ne pas continuer à commettre de telles erreurs.
Attention Monsieur le Maire, n'oubliez pas que la principale attraction d'un centre ville ce sont ses commerces qui contrairement à vos Noëls insolites et fiesta en tous genres sont encore quelques uns à rester ouverts et eux toute l'année .
Souhaitons que votre projet de centre commercial aux croisières soit définitivement oublié... ce serait le coup fatal !

 

Antoine Laval et Marie-Françoise Borne

Mai 2016

Lors du vote du budget, nous avons délibéré sur les subventions aux associations.
Nous avons voté contre une seule subvention, celle prévue pour l’Office Municipal des Sports (OMS).
Pourquoi ?
Le montant de cette subvention, 89 500 euros, nous semble démesuré par rapport aux missions de l’OMS, association qui auparavant était composée uniquement de bénévoles et dont les actions étaient tout aussi remarquables, sinon plus qu’aujourd’hui...
Nous souhaitons que l’OMS reste dans le même état d’esprit sportif que la plupart des clubs qu'il est censé accompagné. Nous regrettons que cette subvention serve, a priori, à financer d’avantage le fonctionnement de la structure que les clubs sportifs et leurs licenciés.
Restons dans l’esprit de Pierre de Coubertin pour qui « l’important est de participer » et ne risquons pas de décourager les bénévoles en donnant des subventions opaques ( pour faire plaisir à des copains ?) plutôt que de tenir compte des actions menées réellement par les associations qui ont un grand nombre de licenciés, notamment les clubs de natation, d’athlétisme et de gymnastique.

Antoine Laval et Marie-Françoise Borne

Avril 2016

Lors des deux derniers conseils municipaux nous avons eu à débattre de l'orientation budgétaire de la ville et à voter le budget 2016.
Le Débat d'Orientation Budgétaire a pour but de renforcer la démocratie participative en instaurant une discussion au sein du conseil sur les priorités et les évolutions de la politique économique de la ville.
Questionnant monsieur le maire sur le pourquoi d'un emprunt de 5 millions imposé aux Carpentrassiens en 2015, nous nous sommes vu répondre que cet emprunt n'avait pas d'affectation précise mais que nous le bloquions "au cas ou " et rebelote en 2016.
Autant nous voterions facilement de tels emprunts s’ils étaient destinés par exemple à remettre en état les cantines centrales ou pour tout autre projet constructif, par contre pour une deuxième coulée verte non...
Concernant les frais de fonctionnement de la commune, là encore c'est le flou le plus complet : pour l'équilibre des comptes l'équipe en place mise sur une " maîtrise " de ces frais ( forcément puisque l'on dépense à tout va et qu'il ne reste plus grand chose à vendre ...)
Mais comment ces frais pourraient ils rester stables alors que tout augmente... Les réalisations du dernier mandat et celles de celui entamé imposent toujours plus de frais (entretien de la coulée verte entre autres) : sur ce point nous pensons que la seule explication est que certaines choses faites avant ne se feront plus désormais, et il n'est pas difficile de le constater en voyant par exemple la saleté de notre ville...là encore nous ne sommes pas d'accord.
C'est pourquoi et même si il semble que la cours des comptes ait donné son quitus à la gestion financière de la ville nous avons voté contre le budget primitif 2016. Nous redisons notre inquiétude quand à une orientation des dépenses qui vise plus à créer du sensationnel qu'à un véritable développement économique de Carpentras.
Vendre les bijoux de famille, pourquoi pas, mais pas pour faire n'importe quoi !

Antoine Laval et Marie-Françoise Borne

Mars 2016

Monarchie ou République ?

Alors que le système électoral actuel permet à un maire d’être élu avec un faible pourcentage des voix, nous regrettons que des décisions soient prises sans aucune concertation avec l’opposition ni même information.
Nous souhaitons pouvoir répondre à nos électeurs lorsqu’ils nous questionnent sur les projets décisifs de la ville, or aujourd’hui nous sommes dans l’incapacité de le faire parce que ces informations ne nous parviennent, comme pour eux, uniquement par le biais de la presse. Le dernier exemple en date ce sont les travaux sur la place de la Mairie.
Nous ne remettons pas en cause la nécessité de ces travaux, prévus également dans notre programme, mais bien l’organisation.
Etait-il indispensable de mener de front le réaménagement de la place de la Mairie et la rue Porte de Monteux et de restreindre de ce fait l’accès au centre-ville et aux commerces ?
Quid du programme de redynamisation de Monsieur le Maire ?
C’est un exemple parmi tant d’autres (les Croisières, le Marché Gare, etc.).
En tant qu’opposition, et aux vues du nombre de fermeture de commerces à Carpentras, nous sommes très inquiets de l’absence d’éléments de planification de l’aménagement de la ville à long terme. Nous sommes très inquiets du mutisme de la majorité concernant leurs projets.
En cette période de vote budgétaire, nous exigeons d’avoir des précisions sur les orientations prises.
Il est grand temps de penser la politique autrement.

Antoine Laval et Marie-Françoise Borne

Février 2016

Julien Aubert fraîchement élu Vice Président de la Région PACA a démissionné de son poste de conseiller municipal de Carpentras conformément à la loi sur le non cumul des mandats. Il sera désormais remplacé par Marie-Françoise Borne, jeune retraitée qui dirigeait précédemment le service « droit des sols » de la Communauté de Communes des Sorgues du Comtat.
Tout comme Julien Aubert et Antoine Laval, elle préfère, dans l'intérêt de la ville, une opposition positive et non systématique.
Nous commencerons ainsi par féliciter l’équipe municipale en place pour avoir saisi l’opportunité de l’acquisition du terrain des Couquières et très probablement celui situé en dessous du parking des Platanes. Le premier, prochainement aménagé en parking, amènera une bouffée d’oxygène aux commerçants et usagers du centre-ville.
Il compensera enfin la perte de places de stationnement liée aux travaux de la coulée verte et ceux de l'aménagement à venir du centre-ville dans un contexte de nombre toujours croissant de véhicules. En revanche nous nous posons la question de l'avancement du projet du "Pôle Or Vert " (marché-gare). Vu de l’extérieur ce projet ne semble pas avancer, malgré les sommes colossales injectées par la COVE (dont la mairie de Carpentras est le premier financeur). Mais que cachent donc les bardages métalliques plantés là pour le Kolorz festival et toujours en place huit mois après cette manifestation???
Qu’en est-il également de l’école dont vous avez fait la promesse aux Carpentrassiens durant votre campagne des dernières élections municipales ?
Quels sont les conclusions et les incidences du récent contrôle de la caisse régionale des comptes ?
Nous aimerions, comme bon nombre de Carpentrassiens, avoir des éléments concrets sur la réalisation de vos promesses et sur l’état des finances communales.

Antoine Laval et Marie-Françoise Borne

Janvier 2016

Chère Madame, Chère Mademoiselle, Cher Monsieur,
Alors que l’année 2015 se termine tragiquement suite aux attentats perpétrés à Paris et que la conjoncture économique est peu propice à la relance, nous formulons le voeu que 2016 soit une année de sursaut. La situation de Carpentras est elle aussi hélas calamiteuse. La municipalité socialiste tente de faire illusion en donnant l’impression qu’elle se bat pour le centre ville garde son attractivité. En réalité, elle manque de vision stratégique et multiplie les projets commerciaux mortifères. Nous nous sommes ainsi battus avec succès contre le projet de la zone d’activités des Croisières porté par le maire. Ce projet concrétisé aurait signé l’arrêt de mort des commerces de centre ville qui connaissent déjà des difficultés.
Mais ne se satisfaisant pas de tuer le centre ville à petit feu, la municipalité a un autre projet honni par une grande partie des carpentrassiens qui consiste en la création d’une zone commerciale dont un restaurant Mac Donald et d’un complexe de logements sociaux. Cet ensemble, prévu à la sortie de la ville, jouxterait une zone résidentielle. Il va sans dire que si ce projet se concrétisait, le centre ville serait à nouveau un dommage collatéral dont la majorité socialiste se moque bien.
La municipalité ne fait pas mieux dans les autres domaines. Ainsi, le projet d’école numérique qu’aux municipales le maire avait « emprunté » à notre programme, est toujours au point mort. De même, le logis des jeunes est dans une situation moribonde suite à la mainmise de la mairie sur cette structure.
Enfin, la situation au sein de la mairie n’est guère reluisante. La majorité a réussi l’exploit de mettre les agents municipaux vent debout contre sa réforme du régime indemnitaire. Nous leur apportons tout notre soutien dans cette lutte contre un maire qui s’assoit sur le dialogue social. Chère Madame, Chère Mademoiselle, Cher Monsieur, nous vous souhaitons une très bonne année 2016 : santé et bonheur pour vous et ceux qui vous sont chers !

Julien Aubert et Antoine Laval

Décembre 2015

Les attentats de Paris du 13 novembre, celui de Beyrouth quelques jours auparavant, le crash du vol A320 dans le Sinaï Egyptien parmi tant d’autres événements dramatiques qui touchent de nombreuses nations, nous imposent une réflexion au delà de tout clivage politique.

Ces attentats perpétrés par des terroristes de Daesh ne doivent pas nous entraîner dans un amalgame entre l’Etat Islamique et l’Islam tel qu’il est pratiqué majoritairement. D'ailleurs, un grand nombre d’Imams ont condamné fermement ces actes barbares qui ne font qu’attiser un communautarisme qui ne peut aboutir qu’ à une crispation sécuritaire et une montée de l’islamophobie.

Il n’y a pas de méthode plus sûre pour pousser la jeunesse musulmane occidentale à s’engager auprès des terroristes que d’inciter les non-musulmans à les rejeter.

Il n’y a également pas de méthode plus sûre pour faire monter la xénophobie que de cautionner l’affichage ostentatoire de signes religieux distinctifs.

Cette « guerre » demande une unité non seulement politique mais aussi religieuse et nous souhaitons qu’elle finisse le plus vite possible.

Nous appelons tous les Carpentrassiens, à l’occasion de ces fêtes de fin d’année, à renforcer le dialogue afin d’assurer « le vivre ensemble » dans le respect des valeurs de la République.

Joyeux Noël à tous.

Julien Aubert et Antoine Laval

Novembre 2015

A l’occasion du dernier conseil municipal la place de la mairie était bloquée par une manifestation des plus significatives : une délégation d’employés municipaux dénonçait la dégradation de leurs conditions de travail et des moyens alloués à leur mission de service public.

Le tract distribué mettait en avant la réalisation de projets pharaoniques (Coulée verte, Hôtel Dieu tel qu'il est prévu, etc.) au détriment des effectifs des services municipaux.

Il est alors facile pour l'équipe municipale en place de se retrancher derrière la baisse des dotations de l'Etat (pourtant annoncée depuis longtemps et donc prévisible) et d’utiliser le personnel comme variable d'ajustement budgétaire.

Pour notre part, nous continuons à préconiser :

  • des projets mixtes public-privé susceptibles d'apporter des recettes permettant d’alléger les frais de fonctionnement,
  •  

  • la recherche sérieuse de subventions qui semble négligée au profit de réalisations rapides et sensationnelles.
    Cela permettrait de maintenir un service public de qualité correspondant à l'attente légitime des carpentrassiens.

P.S (post scriptum) : nos agents municipaux valent plus que des smiley.

Julien Aubert et Antoine Laval

Octobre 2015

Cette année, notre association "La Relève Adroite", dont la mission principale est de financer le journal d'opposition municipale du même nom en organisant des activités diverses (concours de pétanque, conférence débat) a été déclarée persona non grata à la journée des associations de Carpentras. Pour le maire Francis Adolphe, la politique (un gros mot) n'a rien à voir avec la vie de la cité et la citoyenneté. Il a déjà oublié sa politisation de la gestion du logis des jeunes, où certains de ses "amis" ont réalisé un putsh en assemblée générale pour prendre le controle de cette structure. Se drapant dans un argumentaire qui n'abuse plus personne comme quoi "il ne fait pas de politique" (rappelons qu'il s'est fait payer l'an dernier une formation par la mairie de Carpentras organisée par l'organisme affilié au PS, la veille des universités d'été de la Rochelle), le maire a invoqué par écrit la nécessité de ne pas se mêler de la prochaine campagne... Régionale. Hors sujet le plus total. Nous avons attaqué cette décision. L'avocat du maire a alors parlé de "risque de trouble à l'ordre public" si nous participions ! In fine, le juge a considéré que cette décision ne portait pas atteinte à notre liberté d'association car la journée était réservée aux associations de loisir et sportives. Fermez le ban.
C'est ainsi que des syndicats, des associations de libre-pensée, des associations de riverains en colère ont pu tenir un stand, mais que l'association qui permet la vie démocratique au sein même du conseil municipal en a été bannie. Belle leçon de République et de tolérance !
En attendant, la Chambre Régionale des comptes a fini son audit de la gestion socialiste de Carpentras... Nous verrons si Francis Adolphe est aussi à l'aise pour expliquer sa gestion folklorique…

Julien Aubert

Septembre 2015

Toute l'année, nous avons eu à coeur d'être critiques mais constructifs en conseil municipal. L'été est là mais l'opposition municipale de la droite et du centre reste mobilisée.
Notre association, « La Relève Adroite », a organisé en juillet un grand tournoi de pétanque amical, puis, aux Pénitents blancs, un débat entre François-Xavier Bellamy, auteur du livre « Les déshérités ou l'urgence de transmettre », et Zaïr Kédadouche, ancien ambassadeur, ancien conseiller de Jacques Chirac, sur les problèmes éducatifs, la laïcité et la société française, qui s'est révélé passionnant.
Vous pouvez adhérer à notre association, qui réunira son assemblée générale le 14 septembre 2015 à 19 heures en nous joignant à contact@relevonscaprentras.fr. En effet, beaucoup de sujets sont sur la table : la construction du 2ème Mac Donald à la sortie de la ville, les difficultés financières de la Cove et de la ville avec la mise en cocon de certains projets (comme le pôle du marché gare), la disparition des commerces en centre-ville (faiblement compensée par les ouvertures récentes)...
Donnez-nous votre avis, alertez-nous !

Julien AUBERT, Antoine LAVAL

Eté 2015

Le train mais pour quoi ?
On l'attendait depuis longtemps et ça y est : le train est enfin de retour dans notre capitale comtadine !
Crée en 1863, la ligne Avignon-Carpentras n'était plus en service depuis 1938. Initialement dédiée à l'usage des passagers, elle devint rapidement un vecteur essentiel dans l'économie locale, en particulier dans le transport des primeurs à destination des grandes villes européennes au début du siècle dernier.
Il va sans dire que cette réouverture va à nouveau complètement désenclaver la ville de Carpentras, la mettant à moins de 30 minutes d'Avignon, à 3h30 de Paris et on peut penser que cette " nouvelle " connection soit à même d'apporter une petite révolution dans notre cité.
C'est en tout cas ce que nous pensons et dans notre programme lors des dernières élections municipales, nous avions largement parié sur cet évènement et sur le flux important de population que cela ne manquera pas d'engendrer pour notre ville.
Ainsi nous avions prévu de développer un nouveau pôle économique autour du numérique avec en parallèle la création d'une école rattachée, inciter l'aménagement locatif en centre ville et en particulier à destination des jeunes étudiants qui ont du mal à se loger à Avignon (de nombreuses aides fiscales se mettent en place pour ce cas particulier), développer le tourisme encore trop peu exploité sur notre territoire ( comme on su le prévoir nos voisins Montiliens avec leur stade aquatique ), etc.
Le temps ou le département de Vaucluse et tout particulièrement le bassin de vie du Comtat Venaissin vivait grassement de ses exploitations agricoles est en partie révolu et il est grand temps de chercher ailleurs des pistes de développement économique: l'arrivée du train va ouvrir de nouvelles portes dans ce sens... souhaitons que l'équipe municipale en place l'ai anticipée et saisisse cette opportunité dans les temps.

Julien AUBERT, Antoine LAVAL

Mai 2015

Francis Adolphe, l'identité retrouvée

Du 27 au 29 août dernier notre Maire Francis Adolphe est parti en formation au frais de la commune... jusque là rien d'anormal !
En effet il est prévu une prise en charge par la collectivité des formations de nos élus afin que ceux ci puissent exercer au mieux les compétences qui leur sont dévolues...
Mais voila où le bas blesse :
La dite formation est organisée à La Rochelle par la FNESR, dont le siège social est 8bis rue de Solférino à Paris... le siège du PS !
Et en creusant un tout petit peu nous découvrons que la FNESR a également organisé l'université d'été du parti socialiste de La Rochelle le même week-end ...
De là à penser que ce sont les contribuables qui financent la participation des élus à cette manifestation il n'y a qu'un pas, mais questionné sur le sujet lors du dernier conseil municipal, le Maire nie tout lien et défend la coïncidence de dates... on nous prend vraiment pour des buses !

Mais nous saisissons tout de même cette occasion pour poser une question à notre maire :
Monsieur Adolphe, vous avez été élu avec l'étiquette du parti socialiste, participez donc à leur congrès national, mais aujourd'hui vous brandissez l'étendard apolitique, disant même à qui veut l'entendre que vous avez rendu votre carte du parti... nous pensons que les choses doivent être éclaircies, ne serait ce que pour ceux qui restent fidèles à leurs idées et qui ne s'y retrouvent plus... le parti socialiste est il toujours représenté dans notre ville et comment votre revirement politique est il perçu par votre adjointe madame Dréano-Curinier, premier secrétaire de section du Parti Socialiste à Carpentras ?

Julien AUBERT, Antoine LAVAL

Avril 2015

La liste "relevons le défi" avait interpellé monsieur le maire en conseil municipal sur des rumeurs concernant le dossier des croisières : le bruit courait qu'une seconde version du projet allait être déposée, après l'avis négatif de la commission nationale sur le premier projet suite à l'intervention de Julien Aubert il y a quelques mois.
La réponse du maire avait été très floue sur le calendrier et les modalités, Francis Adolphe insistant cependant sur la nécessité de travailler de manière coopérative.
On a vu le résultat.... Ce n'est qu'après la décision de la commission départementale que nous avons été informés qu'une version 2 avait effectivement été examinée, le maire ayant "omis" de nous en avertir. Il y avait donc bien "un loup". L'avis de la commission a ce coup ci été largement positif, du fait d'une intervention orale du porteur du projet annonçant qu'il avait conclu un accord avec le centre Leclerc pour déplacer le supermarché actuel aux Croisières.
Un mystère demeure cependant : d'après nos informations, Leclerc aurait déposé un recours contre ce second dossier devant la Commission Nationale !
Pourquoi Leclerc attaque-t-il une décision dont il serait bénéficiaire d'après le porteur de projet que le maire soutient ? Quand il y a un flou, il y a un loup... Là ça commence à devenir une meute !

Julien AUBERT, Antoine LAVAL

Mars 2015

Notre Maire Francis Adolphe souffrirait il d'amnésie ?
C'est la question que l'on est en droit de se poser ces derniers temps... explication :

Parti il y a quelques mois à Paris pour défendre le projet de centre commercial des Croisières, voila que dès son retour il se félicite du rejet de ce projet par la commission nationale d'aménagement commercial ( CNAC). Le temps d’un voyage en TGV, il a oublié sa défaite et en a fait une victoire. S’en suivent de longs articles dans la presse dans lesquels il se félicite de cette remise en question.
Mais lors du dernier Conseil Municipal ce projet revient, défendu à nouveau par la majorité.
Monsieur le Maire, quelle position avez vous prise aujourd'hui, finalement ?
Nous pensons pour notre part que la création d’une galerie marchande et d’un hypermarché loin du centre-ville risque d’être un coup fatal pour un bon nombre de commerces locaux., en particulier aujourd'hui ou l'équilibre financier des PME est particulièrement fragile.
Dans la série "perte de mémoire" il semble qu'il ait également oublié à quelle famille politique il appartient puisque, bien que maire socialiste de notre ville, il se présente sans étiquette aux élections départementales... les socialistes apprécieront !
On sait notre maire adepte de sports en tous genres... peut être pourrions nous lui conseiller un peu de gymnastique, mais cérébrale ce coup ci...

Julien AUBERT

Février 2015

Une fois n'est pas coutume, et en dérogeant quelque peu les règles habituelles de cette tribune consacrée aux affaires de la ville, nous voulions réagir aux événements qui ont ébranlé notre République en ce début d'année, et qui dans une ville comme Carpentras prennent une résonance particulière.
A Carpentras comme ailleurs les réactions ne se sont pas faites attendre après le 7 janvier: rassemblements pour certains afin de défendre la liberté d'expression et dire non à la barbarie, crachats sur les vitrines arborant le "je suis Charlie" pour d'autres ou refus pour certains jeunes dans les écoles d'observer une minute de silence afin d'exprimer un malaise ou une exclusion... Pour notre part, nous pensons qu'il faut sortir de la culture de l'excuse et que chacun assume ses responsabilités. Il n'y a pas de faute collective, juste des choix individuels.
Notre ville a une histoire extraordinaire. Elle fut ville d'accueil à l'époque où les juifs étaient bannis de France alors pourquoi en serait-il autrement aujourd'hui ? Voilà pourquoi, en restant très ferme sur nos valeurs, nous préférons prôner l'apaisement en rejetant le clientélisme communautaire comme la xénophobie, qui se nourrissent mutuellement.
Nous pouvons vivre ensemble, beaucoup le font dans le respect des règles de la République. Ne laissons pas une minorité nous faire croire le contraire, par fanatisme ou par bêtise. Allumer des incendies est facile, les éteindre est plus complexe.
Carpentras peut faire le choix d'être un contre-exemple, et d'oeuvrer à ce qui nous rapproche. Notre groupe travaille, avec tous ceux qui le souhaitent, à l'esprit de réconciliation, pour que vive la République, encore et surtout à Carpentras.

Antoine LAVAL, Julien AUBERT

Janvier 2015

Comme le dit justement monsieur le maire dans l'édition précédente, la tribune libre est très encadrée par la loi, en l'occurrence l'article L 2121-27-1du 27 Février 2001 qui, nous citons, "permet aux conseillers n’appartenant pas à la majorité municipale de disposer d'un espace d’expression dans le bulletin d’information générale que diffuse leurs communes."Quelque part il est un petit peu normal que cette page soit dédiée à l'opposition, le maire a de son coté les 19 autres que comptent le magazine... Mais à Carpentras, une fois de plus, les choses ne se passent pas comme ailleurs et non seulement la majorité municipale se met hors la loi en s'exprimant dans cette tribune libre mais en plus en profite pour répondre directement à nos remarques quand à la gestion municipale.
Enfin répondre est un bien grand mot, elle essaye de le faire : Par exemple la majorité municipale nous accuse d'enchaîner les contre (sans s) vérités... mais lesquelles ? qu'avons nous dit d'inexact ou de faux ? soyez précis ou risquez une fois de plus d'être approximatifs... Encore un exemple, l'équipe en place ecrit "notre ville est dans une dynamique de redressement depuis 6 ans...la coulée verte" ( tu parles d'une dynamique ),"la réhabilitation du centre ville, la nouvelle gare, les rocades",( autant de projets lancés par Jean-Claude Andrieu notre précèdent maire, que l'équipe en place s'est contenté de poursuivre et pour lesquels elle chante cocorico...). Et cerise sur le gâteau "l'inguimbertine à l'hôtel dieu", projet lui aussi entièrement monté et provisionné par Jean-Claude Andrieu puis oublié dans un placard (les millions ayant étés engouffrés dans la coulée verte, sic) puis ressorti du chapeau et pour lequel nous ne voyons toujours pas le financement soit disant bouclé par Francis Adolphe...
Non monsieur le maire, nous ne sommes pas d'éternels pessimistes ! Nous sommes seulement inquiets pour notre ville qui souffre de votre gestion au jour le jour !
Nous vous souhaitons à tous une excellente année 2015.

Antoine LAVAL, Julien AUBERT

Décembre 2014

Nous pourrions questionner l’équipe municipale en place sur les Noëls Insolites, non pas sur le rayonnement donné à la ville et aux publics nombreux qui viennent assister aux spectacles de rue proposés, mais bien sur la programmation et sur le contenu de ces spectacles. « Insolites », oui mais n’oublions pas « Noëls » et le public, souvent jeune, attiré par la proposition retrouve peu la magie attendue de cette fête.
Nous pourrions questionner l’équipe municipale sur la gestion des parkings de la ville. Alors que les différents aménagements, telle la Coulée Verte, ont sensiblement diminué la capacité d’accueil et la municipalité s’obstine à organiser sur les rares parkings restants des événements qui sont censés amener du monde à Carpentras : journée des associations, Trial Urbain (le 1er week-end des soldes), patinoire (au moment des achats des fêtes de Noël), etc.
Nous pourrions aussi questionner l’équipe municipale en place sur l’augmentation à Carpentras du nombre de quartiers classés prioritaires par l’Etat dans le cadre des aides aux quartiers les plus fragiles. On pourrait bien sûr se réjouir que la ville de Carpentras profite d’une augmentation des aides de l’Etat mais n’oublions pas que ce classement est basé sur le critère simple et unique de la pauvreté. Notons aussi que le nombre de zones prioritaires a été divisé par deux au niveau national et qu’il augmente sensiblement à Carpentras puisque concernant de nouveaux quartiers. Nous le soulevions lors de la dernière campagne, 62% de carpentrassiens ne payaient pas d’impôts et la situation ne semble pas s’améliorer.
Nous pourrions soulever bien d’autres problèmes, mais nous sommes en décembre et « trêve des confiseurs » oblige nous n’en ferons rien, et n’attendons aucune réponse dans ce numéro…
Nous souhaitons simplement à tous les Carpentrassiens de belles et heureuses fêtes de fin d’année.

Antoine LAVAL, Julien AUBERT

Novembre 2014

Novembre 2014

L'automne arrive, les feuilles mortes se ramassent à la pelle, les illusions et les promesses électorales aussi...
Il ne vous aura pas échappé que la gestion pour la moins hasardeuse de notre gouvernement socialiste pèse lourdement sur l’économie nationale... : le chômage atteint des sommets historiques et pour ceux qui ont la chance de travailler, la facture devient de plus en plus lourde... Qu'en est-il à Carpentras ? l’équipe socialiste en place a fait de lourds investissements improductifs dans sa « coulée verte », a vendu grassement son patrimoine économique (le marché gare), a augmenté les frais d’indemnisation des élus...
Mais où en est-on aujourd’hui, Monsieur le Maire ? Seriez vous détendeur de la corne d’abondance ou allez-vous devoir renoncer à certaines promesses éléctorales- sous couvert de la baisse des dotations de l'Etat- et lesquelles?
Où en est le projet du pôle culturel que vous annonciez financièrement bouclé lors de votre campagne ?
Qu'en est-il de la piscine, de l’école des arts graphiques, du Centre des Arts de la Rue ?
Nous ne pensons pas qu’ un transfert de charges sur la CoVe, en lui faisant supporter, par exemple, une partie du salaire du Directeur Général des Services de la ville de Carpentras soit une solution pérenne : certains maires de la CoVe finiront bien par retrouver leur bon sens...
PS. Lors du dernier conseil, le Front National a demandé qu'à l'occasion des conseils municipaux les frais de garde d'enfants soient pris en charge par la ville... proposition unanimement votée par la majorité rose ( et donc adoptée ) alors que bien sur nous avons voté contre... loin de vouloir développer un argumentaire anti-famille, nous estimons que le contribuable n'a pas à payer ce type de frais. Faut-il indemniser le commerçant qui ferme plus tôt ? Celui qui fait garder sa vieille maman ? Et pourquoi pas les frais d'essence pour venir au conseil ...?

Antoine LAVAL, Julien AUBERT

Octobre 2014

Réforme des rythmes scolaires

C’est la rentrée et nous continuons à nous poser la question du choix fait par la municipalité de Carpentras dans la mise en oeuvre de la réforme des rythmes scolaires.
Les communes avaient l’obligation d’organiser une concertation des Conseils d’Ecole (constitué des parents d’élèves élus, des enseignants, des directeurs d’école et de représentants de la mairie) pour choisir entre les deux propositions faites par l’Etat.
Contrairement à l’avis majoritaire des Conseils d’Ecole, Francis Adolphe, a choisi le décret Hamon, permettant l’aménagement des horaires comme seulement 13% des maires, l’ont fait en France.
Certes, plus simple à mettre en oeuvre, mais tellement éloigné de l’idée de la réforme qui est de diminuer le temps scolaire quotidien. A ce jour, les enfants concernés par cette réforme à Carpentras passent autant de temps les lundis, mardis et vendredis à l’école, ont en plus le mercredi matin et déconnectent le jeudi après-midi. On peut se poser la question du bénéfice pour eux de ce changement.

Et pour faire cela quel en est le coût ? Pour satisfaire à cette organisation, la mairie a embauché une soixantaine de personnes dont les parents d’élèves en assument déjà ,en partie,le coût par la disparition de la gratuité du temps de garderie du soir (16h30-18h00)

Et finalement où sont les enfants le jeudi après-midi ? Pour l’instant, seulement 30% d’entre eux sont présents sur le temps d’activités proposé le jeudi après midi, Mais il est vrai qu’à la rentrée les parents étaient encore dans le flou : les directeurs de CLAE chargés de l’organisation de ce nouveau temps périscolaire ont été embauchés le 29 août pour une rentrée le 2 septembre. Tout cela nous semble bien approximatif.

Antoine LAVAL, Julien AUBERT

Septembre 2014

Poubelle ma ville

À l'heure ou certains se battent pour faire valoir le droit à l'essence de lavande de se revendiquer produit naturel et non chimique,
À l'heure ou des milliers de touristes se promènent en provence pour y trouver ou retrouver l'ambiance de Pagnol,
À l'heure ou les cigales bravent les intempéries et nous régalent de leur chant...
Carpentras se noie dans ses ordures ...

Poubelles débordantes, parfois ruisselantes ( il fait chaud en été ), odeurs nauséabondes...
quel spectacle pour nos visiteurs, quel cadre de vie pour nous Carpentrassiens !
Et je ne parle pas du désarroi des usagers qui y perdent leur provençal : quand faut il sortir ces fichues poubelles, pour certains même ou faut il les placer pour qu'enfin le camion benne tant attendu les vide ?
Monsieur Adolphe, Maire de Carpentras et Président de la COVE, c'est très bien d'essayer de faire venir du monde dans notre ville, mais par pitié, pour eux et pour nous, trouvez une solution pour que notre ville redevienne propre !

bonne rentrée à tous.

Julien AUBERT

Eté 2014

Lors de ce nouveau mandat, nous représentons au sein du Conseil Municipal l'opposition de la droite républicaine et du centre. Notre rôle est d'être vigilant sur la gestion de la commune de Carpentras par l'équipe en place.
Pour cela nous avons mis en place un Conseil Municipal d'Opposition regroupant, à ce jour, des personnes engagées sur la liste présentée lors des dernières élections.
En s'appuyant sur leurs compétences, ce Conseil a pour vocation d'analyser les orientations et les projets de l'équipe de Francis Adolphe. Il n'est pas question de faire une opposition systématique (nous avons par exemple,contrairement au Front National, voté pour le partenariat civique Ville-Etat quant à la formation de jeunes policiers) mais bien de dénoncer les points qui nous paraissent préoccupants. Nous sommes à votre service, n'hésitez pas à nous contacter et nous serons à votre écoute afin de faire remonter tout problème que vous pourriez constater. C'est pourquoi et dès le mois prochain, nous mettrons à votre disposition un numéro de téléphone et une adresse mail de façon à ce que vous puissiez contribuer à l'avenir de notre Ville. Lors du dernier Conseil nous avons voté contre le budget primitif, l'équipe en place étant trop approximative quant aux chiffres et aux projets proposés. Par exemple, le financement du Pôle Culturel nous laisse perplexe. Sans compter les chiffres annoncés qui ne cessent de changer, seule une 1ère tranche sur 3 est en partie financée et ne parlons pas des frais de fonctionnement qui n'ont toujours pas été abordés. Ce projet doit impérativement être épaulé financièrement par un partenaire privé qui allégerait les frais, d'autant que nous sommes de moins en moins certains de la contribution de l'Etat et que la solution ne pourrait en aucun cas être uniquement intercommunale; les autres communes de la CoVe seront elles aussi confrontées aux mêmes difficultés financières.

Julien AUBERT

Mai 2014

En préambule du débat d'orientation budgétaire, l'équipe municipale en place depuis 2008 nous a fait le constat réaliste d'une situation économique nationale préoccupante et, en particulier, souligne la baisse des aides apportées par l'Etat aux communes et aux collectivités locales. Aides de l'Etat, qui comme le souligne le rapporteur, devraient malheureusement continuer à diminuer si nous nous appuyons sur le projet de loi de finances 2014.
Sagement et comme le font la plupart des villes, l'équipe municipale décide donc de maîtriser la dette et de limiter l’emprunt à notre capacité de remboursement (soit environ 2.5 millions d'Euros par an).
Or, nous soulignons que ce même constat avait été fait l'an dernier, que les mêmes engagements avaient été pris mais n'ont pas été respectés: le compte administratif de 2013 fait apparaître une augmentation de la dette de la ville de plus de 5 millions d'euros en un an. Pourtant et dans cette même année, la municipalité a encaissé
les 9 millions d'euros de la vente du Marché Gare...
Les propositions budgétaires exposées pour les années à venir continueront à creuser la dette de Carpentras : en effet, et compte tenu du désengagement de l'état, stabiliser les dépenses de fonctionnement en misant sur le dynamisme fiscal lié à la croissance de la population ne sera pas suffisant. Et que dire du plan de financement du futur pôle culturel tant au niveau de sa réalisation que son futur coût de fonctionnement ? là encore nous sommes dans le flou le plus complet !
Nous pensons donc que ce débat d'orientation budgétaire n'est pas sérieux voire malhonnête. Et en conséquent nous votons contre le budget primitif qui en découle et appelons l’équipe municipale à relire ses préconisations afin d'assurer un avenir à la ville.
Nous le rappelons, la dette de notre ville est passée de 31 millionsd'euros en 2008 à plus de 43 millions d'euros fin 2013.

Julien AUBERT

Avril 2014

A l’issue de ces élections municipales, force est de constater que la droite, majoritaire en voix à Carpentras, se retrouve très peu représentée au sein du conseil municipal. Alors qu’une grande majorité d’électeurs s’étaient prononcés contre Francis Adolphe, ce dernier a été réélu. Cette réélection a été rendue possible, comme en 2008, grâce à la dissidence de la liste de Jean-Luc Becker Une partie des électeurs de la droite républicaine et du centre, ulcérés par cette nouvelle division de la droite, a préféré, dès le premier tour, voter pour l’extrême droite.
Il faut ajouter que la politique délibérément communautariste de Francis Adolphe a provoqué une flambée du vote Front National au premier tour, ce qui l’avantageait indéniablement dans la compétition avec la droite républicaine. Il en a résulté un affaiblissement de la droite républicaine, avec une liste de Jean-Luc Becker écrasée dès le premier tour à 9,32 % et la liste UMP recueillant seulement 16,64 %, quand le FN se hissait à 34,38 % grâce aux électeurs mécontents.
Au second tour, une partie de cet électorat a préféré voter FN pour battre Francis Adolphe alors que l’extrême droite ne pouvait pas gagner. En effet, le sondage réalisé par l’Ifop pour l’UMP, au printemps dernier, montrait que Hervé de Lépinau ne pouvait gagner ni en duel, ni en triangulaire et que, dans les deux cas, Francis Adolphe était réélu. Ce qui démontre à nouveau que, lorsqu’on vote FN, on a finalement la gauche, comme d’ailleurs aux élections présidentielles. J’avais annoncé pendant ma campagne qu’en cas de défaite, je siègerais dans l’opposition. Je tiens à honorer cet engagement : je serai donc le représentant de la droite républicaine et du centre au conseil municipal, dans une opposition constructive mais ferme à la politique de Francis Adolphe, dont le bilan a été catastrophique pour la ville.

Julien AUBERT