Quand Haute Couture et traditions régionales se rencontrent

Inguimbertine

Dans le cadre de l'exposition " De l'Arlésienne à la Comtadine : regards croisés ", le célèbre créateur de mode Christian Lacroix nous fera l'honneur de passer par Carpentras, samedi 29 janvier 2022, pour une conférence sur sa vie et son parcours professionnel. Il expliquera notamment l'importance et l'influence de l'histoire du costume de l'Arlésienne dans ses inspirations en Haute Couture.

Tout d'abord un peu d'histoire

Né le 16 mai 1951 à Arles, Christian Lacroix se destine très tôt à l'art puisqu'après une licence en histoire de l'art il enchaîne ensuite avec l'école du Louvre dans le but de devenir Conservateur de Musée.

Mais la mode le happe après un bref emploi chez Hermès puis chez Patou, dont il devient le directeur artistique. Il fonde finalement sa propre maison de Haute Couture, en 1987 et devient " le couturier de la couleur ", toujours inspiré par le Sud. En 2009, il perd les droits de ses créations et se diversifie avec la décoration d'hôtels ou de moyens de transports et la création de costumes pour le théâtre. Il réalise également des collections en collaboration avec d'autres marques : Dries Van Noten, Petit Bateau, Desigual, etc.

Le sud à cœur

Dans tout ce qu'il touche en tout cas, le Sud est là, comme un fil conducteur, quelque chose qu'on ne peut lui enlever. Pour lui, tout est parti de " L'Arlésienne ", court récit d'Alphonse Daudet dans les " Lettres de mon moulin " parues en 1869. L'obsession du personnage de Jan qui se suicide lorsqu'il apprend que son Arlésienne a déjà un amant, a marqué le créateur de mode.

C'est cette obsession et cette icône de l'Arlésienne que l'exposition " De l'Arlésienne à la Comtadine : regards croisés " mettra en exergue. Présentée du mardi 18 janvier au dimanche 20 février 2022, elle montrera le regard qu'ont posé trois photographes sur l'Arlésienne et la Comtadine, comme tant d'autres artistes, écrivains, peintres et photographes s'y sont essayés avant et dont certains sont présents dans les collections muséales de l'Inguimbertine.

Cette exposition de photographies est une manière aussi de témoigner de la beauté de ce patrimoine culturel provençal immatériel et si fragile à la fois. Les trois photographes ont à cœur de défendre cette tradition ancestrale puisqu'ils sont tous de la région. En effet Morgan Mirocolo est provençal, Patrick Trouche est un Arlésien pur souche tandis que Marie Plais est de Carpentras même.

En parallèle, l'Inguimbertine présentera quelques peintures, dessins ou autres objets des collections muséales de l'institution en lien avec le thème.

SOMMAIRE

Portrait d'un comédien né... à Carpentras : Emmanuel Besnault
 
Des élèves des Amandiers A aux commandes d'une reproduction d'un avion
 
Édito
 
Bienvenue Nina
 
Bienvenue So'Clean
 
Bienvenue Osez! Café-Galerie
 
L'entreprise montréalaise Stimulation Déjà Vu s'installe à Carpentras
 
Concours pour remporter les 3 tote bags collector de Carpentras Commerces
 
Les lauréats du Budget Participatif dans le cadre du Big Bang
 
Un tribunal de Carpentras historique et moderne à la fois
 
GraphiMIX dans les rues de Carpentras
 
Quand Haute Couture et traditions régionales se rencontrent