Le musée du Louvre débarque à l'Inguimbertine

Le musée du Louvre, ayant de très nombreuses oeuvres en gestion, en confie la conservation à quelques musées repérés pour leur sérieux et leur qualité de conservation. 9 tableaux des collections du musée du Louvre sont actuellement en dépôt à l'Inguimbertine.

Dans le cadre d'une opération exceptionnelle et décennale de contrôle des oeuvres que le musée a mis en dépôt, Mélanie Budin, Chargée de récolement des dépôts au Musée du Louvre, nous a fait l'honneur d'une visite en mars dernier. Nous avons pu lui poser quelques questions.

Tout d'abord quelle est votre formation, votre parcours ?

J'ai fait l'École du Louvre, le cursus Histoire de l'Art. Ensuite je me suis dirigée vers un Master Régie des œuvres et un concours de fonctionnaire. Je suis affectée au Louvre depuis 3 ans et demi au service du récolement.

Qu'est-ce que le récolement ?

Le récolement est une opération de contrôle de la présence de documents et d'objets dans une collection, telle qu'un dépôt d'archives, une bibliothèque, un centre de documentation ou un musée. En clair nous avons prêté des oeuvres et nous vérifions qu'elles sont bien toujours là où elles devraient être ! Ensuite, en plus de cette vérification somme toute assez simple, il y a d'autres étapes. Nous vérifions les dimensions de l'oeuvre, l'état de présentation, l'état de conservation et le marquage. Nous faisons des photos afin d'alimenter la base de données collections.gouv.fr et celle de l'OCBC (Office central de lutte contre le trafic de biens culturels). Le service du récolement du Louvre agit sous tutelle du Ministère de la Culture via la commission de récolement des dépôts d'oeuvres d'art.

Pourquoi cette mission ?

La loi n° 2002-5 du 4 janvier 2002 relative aux musées de France précise que L'État peut diligenter des missions d'étude et d'inspection afin de vérifier les conditions dans lesquelles ces musées exécutent les missions qui leur sont confiées par la loi. Le récolement est nécessaire car il convient de vérifier que les oeuvres sont bien entretenues. Si ce n'est pas le cas nous demandons une consolidation ou une restauration d'urgence. Certaines oeuvres ont été volées, détruites par les guerres, d'autres perdues avec les années. Parfois les registres sont très anciens, les communes ont changé de nom... C'est une véritable enquête qui s'ensuit pour retrouver certaines oeuvres. Il faut savoir que les biens de l'État sont inaliénables et imprescriptibles ! Nous ne supprimons jamais une oeuvre de notre listing, au cas où elle réapparaîtrait sur le marché. Elle est juste réputée détruite ou perdue

SOMMAIRE

Ils agissent en collectif pour les réfugiés
 
PORTRAIT Philippe Darcas
 
Ils préparent un podcast sur les inégalités femme-homme
 
Édito du maire
 
BIENVENUE à ONÉCOUTE
 
BIENVENUE à MYBIOSHOP
 
Elle s'est engagée pour la Ville de Carpentras
 
Un aérodrome pour vous emmener au 7ème ciel
 
Une visite qui a marqué les esprits : Ginette Kolinka
 
Le musée du Louvre débarque à l'Inguimbertine
 
Il vous forme au numérique
 
Plan canicule