Depuis dix ans Carpentras ne cesse de se métamorphoser pour répondre aux besoins et aux attentes des carpentrassiens : vivre dans une ville toujours plus agréable, aux projets ambitieux et préparant l’avenir.

Depuis quelques années, Carpentras n’hésite pas à changer pour offrir le meilleur à ses habitants. Nouvelles places où se promener comme la place Maurice Charretier, transports en commun développés avec la gare et le pôle d’échanges multimodal, culture à portée de main avec l’Inguimbertine à l’hôtel-Dieu : autant d’in- frastructures qui font de Carpentras une ville phare, à proximité du Mont Ventoux. Pour continuer dans cette voie, Carpentras a été sélectionnée dans le cadre du programme national Action Coeur de Ville.

Coeur de Ville, de quoi s’agit-il ?

Carpentras figure parmi les 222 villes françaises retenues par le gouvernement pour bénéficier de l’Action Coeur de Ville. Ce programme vise les villes de taille moyenne, comme Carpentras qui ont longtemps souffert dans leur développement de la proximité de grandes villes et de zones commerciales.

Il s’agit d’un programme de redynamisation du coeur d’agglomération basé sur cinq axes :
- de la réhabilitation à la restructuration, vers une offre attractive de l’habitat en centre-ville,
- favoriser un développement économique et commercial équilibré, - développer l’accessibilité, la mobilité et les connexions,
- mettre en valeur les formes urbaines, l’espace public et le patrimoine,
- fournir l’accès aux équipements et services publics. La convention a été signée en novembre dernier par Carpentras et la CoVe, qui portent le programme en binôme, mais aussi par les partenaires financeurs qui sont l’État, l’Agence Nationale de l’Habitat, Action logement et la Caisse des dépôts. Ce programme est un « accélérateur de projets » permettant d’avoir de nouveaux partenaires, des aides supplémentaires et de relancer les rénovations déjà bien avancées à Carpentras. Sur le territoire carpentrassien, la zone d’action reprend tout le centre ancien, ses faubourgs et le quartier de la gare.

De nombreux projets vont voir le jour grâce à ce nouveau dispositif et améliorer le cadre de vie de Carpentras. Cela sera bénéfique aux carpentrassiens, qui profiteront de nouvelles infrastructures et donnera encore plus d’attrait à notre ville.

Des actions déjà bien avancées

La deuxième étape de ce programme, suite à la signature de la convention, se déroule actuellement. C’est la phase d’initialisation où les différents acteurs affinent le périmètre d’opération et les besoins liés à l’action. Des projets ont toutefois commencé à sortir de terre. En matière de réhabilitation, une Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat (OPAH) est menée sur la copropriété Zola depuis le début de l’année 2019 et pour cinq ans. En centre ancien, une Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat de Renouvellement urbain (OPAH RU) se termine en juillet. Action Coeur de ville permet qu’une nouvelle OPAH RU y soit de nouveau menée, et permettra à des propriétaires d’être aidés dans la réhabilitation de logements.

La tranche 2 des travaux de l’Inguimbertine à l’hôtel-Dieu s’ancre, elle aussi, dans le cadre « d ’Action Coeur de Ville ». En 2019, les aménagements de l’espace musée vont être en chantier et complèteront l’espace ouvert à la lecture publique, accessible à tous depuis novembre 2017.

Il est par ailleurs prévu de réhabiliter l’ancienne maison de département pour y intégrer des services publics mais aussi de rénover l’ancienne Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM) afin d’y transférer les locaux de l’ESA Games, l’école du jeu vidéo Carpentrassienne, qui, victime de son succès, est trop à l’étroit à la Maison du Citoyen.

 

 

Cap sur le développement économique

« L’Action Coeur de Ville » comporte un axe dédié au développement de l’activité économique sur le territoire, dont certains projets sont d’ores et déjà lancés. Des actions menées en lien avec la Chambre de Commerce et d’Industrie du Vaucluse sur tout le premier semestre 2019 sont prévues pour accompagner les commerçants. Avec le programme « esprit client » elles se focaliseront notamment sur l’accueil dans leurs commerces.

Dans une optique de développement économique basé sur le numérique, la Rue Numérique a été inaugurée en février dernier. Elle permet de réunir en plein centre-ville des structures du numérique qui vont ainsi être aidées dans leur développement sur notre territoire. Vous pouvez d’ores et déjà y trouver Kimatechs et Nectar de Code, entreprises de développement de logiciels, Web Force 3, centre de formation aux métiers du web, et la Gare Numérique avant leur transfert dans leurs locaux de l’ancienne gare SNCF.

Les travaux de la Gare Numérique ont d’ailleurs débuté au mois de mars 2019 avec une inauguration prévue pour 2020. Il s’agit de la rénovation de l’ancienne Gare SNCF pour en faire un lieu consacré aux nouvelles technologies sous la forme d’un pôle de services dédiés entreprises locales. Celles-ci pourront y retrouver des espaces de coworking et l’accès à un atelier de fabrication numérique équipé d’outils tels que des imprimantes 3D ou des machines à découpe laser. À proximité, une halle gourmande et un restaurant seront installés et donneront vie à ce quartier en pleine croissance.

Des projets jusqu’en 2023

Signée pour 5 ans, la convention « Action Coeur de Ville » peut intégrer d’autres nouvelles actions que celles précédemment citées, leur cadre reste à affiner.

En matière d’habitat, de nombreux espaces doivent être réhabilités, notamment dans le centre ancien et le quartier gare. Des dossiers doivent aussi être menés dans la continuité du Plan National de Requalification des quartiers anciens et dégradés (PNRQAD).

L’entrée sud de Carpentras, aux côtés de l’Office de Tourisme, devra être réaménagée. Elle offrira un cadre de vie agréable aux administrés dès leur arrivée dans la ville et mettra en valeur l’hôtel-Dieu.

Afin de proposer des déplacements doux dans toute la ville, il y a une volonté d’offrir plus de pistes cyclables dans Carpentras. Cela permettra de favoriser les connexions avec le train, les transports en commun et l’accès à la via venaissia.

Le sommaire du Magazine 155