PORTRAIT Philippe Darcas

Il dirige avec sa femme Béatrice la société Ateliers bio de Provence. Nous sommes allés à sa rencontre pour en savoir plus sur lui et cette entreprise prospère.

Pouvez-vous vous présenter ?

Philippe Darcas, je suis co-gérant avec mon épouse des "Ateliers Bio" de Provence, une entreprise qui fabrique des raviolis, des pâtes fraîches, des quenelles bio et nous employons40 personnes pour un chiffre d'affaires de 5,9millions d'euros en 2021. Nous venons de sortir un nouveau produit, les gyozas (raviolis japonais).La marque que nous distribuons se nomme" Coquelicot Provence " car ces fleurs ne poussent que dans des champs non traités, comme tous les ingrédients que nous utilisons. Nos recettes ne contiennent ni arôme, ni colorant, ni conservateur.

Pourquoi Carpentras ?

L'entreprise était historiquement implantée à Saint-Quentin-la-Poterie près d'Uzès depuis1985, le bio à l'époque était un tout petit marché, il n'y avait que 3 employés. Le propriétaire a voulu vendre et nous avons racheté en 2003 avec des associés au début. Nous avons choisi Carpentras parce que c'est une ville très bien placée au niveau logistique et un bassin agro-alimentaire, encore plus pour le bio avec Relais vert, Juste Bio, Kaoka,...Nous sommes les premiers à avoir fait des raviolis bio, nous sommes distribués dans de très nombreux magasins bio, nous livrons les conserveurs, qui retravaillent nos produits, et les cantines du coin également.

Qu'est-ce qui fait d'"Ateliers bio de Provence"une entreprise prospère ?

Nous avons eu la chance d'accompagner le mouvement bio, un marché porteur. Ce business avait besoin d'artisans capables de s'industrialiser et de faire des quantités adaptées à la demande pour les grands groupes pour qui cela n'était qu'une opportunité. Ils n'avaient pas de lignes de production pour les volumes que nous faisions. Et deuxièmement nous avons su réinvestir l'argent gagné dans des machines, dans de la Recherche et Développement...Nous avons une démarche RSE, nous faisons en sorte d'éviter les charges répétitives pour nos employés, nous faisons des formations pour développer les qualifications de ces derniers. Il faut à peu près 6 mois pour maitriser la fabrication de la pâte, en fonction de l'humidité, des températures, du mistral...Les recettes n'ont pas changé depuis l'origine.

Quels sont les projets de votre entreprise ?

Nous aimerions continuer à développer la gamme produits du monde, peut-être des empanadas. Nous avons lancé des mini raviolis qui vont aller dans des pots Baby bio.

L'entreprise est en recherche de personnel, n'hésitez pas à postuler !

SOMMAIRE

Ils agissent en collectif pour les réfugiés
 
PORTRAIT Philippe Darcas
 
Ils préparent un podcast sur les inégalités femme-homme
 
Édito du maire
 
BIENVENUE à ONÉCOUTE
 
BIENVENUE à MYBIOSHOP
 
Elle s'est engagée pour la Ville de Carpentras
 
Un aérodrome pour vous emmener au 7ème ciel
 
Une visite qui a marqué les esprits : Ginette Kolinka
 
Le musée du Louvre débarque à l'Inguimbertine
 
Il vous forme au numérique
 
Plan canicule